Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 09:56

http://ecx.images-amazon.com/images/I/4173DF1RAZL._SL500_SS500_.jpg

Née en Inde et grandissant dans un quartier polyethnique de Birmingham, avec un père dans le système, Bally Sagoo avait déjà une voix toute tracée vers la musique.

 

Dj reconnut dès 1994 au Royaume-Uni, sa musique ne nous est pas parvenu outre-mesure. Pourtant, sa facilité à mélanger les genres tout en restant dans un style très accessible voire « commercial » laisse béat. Reprenant les clichés entourant le cinéma bollywoodien (qui n’est pas le cinéma indien dans son ensemble, loin de là), Bally nous concocte une musique qui passerait aussi bien dans un restaurant que dans une boite, pour certains titres tout du moins. 

 

 

 

http://www.masala.com/images/tmp/full/planlive_3_full.jpg

Permettons nous de juger l'aspect.

 

Bien que, sans surprise, tous les titres ne soient pas plaisants, l’album n’en reste pas moins culturellement intéressant. On a l’impression que l’histoire liant les deux pays du musicien se revisite musicalement. Le rapport n’est plus dominant dominé mais bien d’égal à égal. La production est soignée au possible, les beats sont présents mais largement assez en recul pour pouvoir profiter pleinement des voix. Ces voix qui, conformément à l’idée qu’on a de la musique du cinéma indien, nous transporte autant qu’elle nous surprennent parfois par son aspect kitch. Mais il ne s’agit bien là que d’un aspect, car la performance vocale est bel et bien là. Enfin, la musique elle-même ne souffre d’aucun défaut, tantôt mélangeant des samples, tantôt cherchant à se complexifier suffisamment pour qu’on ne puisse dire du dj qu’il fait sa musique à la va vite.

 

Au final, un album qu’on admirera tant pour son excellence musicale que pour sa extrême audibilité. 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Archives