Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 15:51

http://pixhost.me/avaxhome/2008-05-28/folder_062.jpg

 

Le reggae, en voilà un genre musical qui est particulier. Trusté dans son entièreté par le terrible Bob Marley, rares sont ceux qui ont réussit à se faire un nom qui évoquent quelque chose aux néophytes de ce style. Parmi eux, on trouve notamment Winston, connut notamment pour être présent dans tous les festivals Français, sauf ceux où je peux aller évidemment…

 

Sa vie son œuvre? Et bien le monsieur a presque la cinquantaine quand sort l’album critiqué. Il est jamaïquain bien entendu. Cet album est son 4ème, et il le fait en collaboration avec le Français Camille Bazbaz, dont on entend plus trop parler d’ailleurs. 

 


 

 

Si vous lisez cette bonne interview du McAnuff (mais qui date de 2004 donc n‘est plus très pertinente sur sa carrière, puisqu‘il se distingue maintenant tant comme artiste que producteur), vous aurez l’occasion d’avoir un aperçu de la personnalité du bonhomme, aussi sympathique que son visage le laisse apparaitre, et aussi rasta que peut l’être un rasta.

 

Pour ma part, l’album m’a d’abord laissé sceptique. En effet, la combinaison McAnuff avec Bazbaz, type indéfinissable, fait des étincelles. A voir maintenant si on les trouves jolies. La voix de McAnuff comme le talent de Bazbaz ne sont pas remis en question, c’est véritablement le mix des deux qui est difficile à aborder. Cependant, si on adhère au principe, ou si on parvient à faire abstraction du mystère auditif qui entoure une telle fusion, rien est à jeter. La moitié des titres sont respectables, l’autre moitié sont bons, et parmi eux on trouve notamment le génial Reggae On Broadway, titre le plus accessible de l’album. Un véritable hymne au McAnuffisme.

Partager cet article

Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Reggae Mania
commenter cet article

commentaires

Archives