Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 11:52

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/0/0c/The_John_Butler_Trio-Sunrise_Over_Sea.jpg

 

 

Finalement, qu’est-ce qu’on connait de l’Australie? C’est une sorte d’énorme île peuplée en majorité par des descendants de criminels. Oui, mais pas que, c’est aussi la terre natale d’AC DC. Oui, mais que, c’est aussi une plage remplie de surfeurs musclés à l’origine de nombreux fantasmes qui oublient bien souvent le fait que ces mecs ultra tolérants, peace and love et d’autres conneries du genre, entretiennent un système qui a bien du mal à reconnaitre les torts fait aux aborigènes. Bref, sans compter que le billet d’avion n’est pas donné et que c’est très loin, l’Australie est un pays qui peut paraître peu attractif. Mais depuis 1995, un groupe sévit à travers le monde pour redorer le blason de cette terre maudite. Et le moins qu’on puisse dire est qu’il prend ce boulot à cœur, tant son 1er album parut en 1998 et encore plus le 2ème en 2001 lui a garantit rapidement un succès international.

 

Avec la sortie du 3ème album Sunrise Over Sea, John Butler confirme ce qu’on pensait: avec sa guitare et 2 acolytes aux basses et percussions, il ne compte pas cesser de nous éblouir.

 

Mais alors, le pourquoi du comment? C’est bien simple, John arrive à transformer des mélodies plus banales que n’importe qu’elle chanson de Simple Plan en merveille de créativité et de virtuosité technique. Si sa voix semble aussi pinçant que son jeu de guitare, il est capable d’en faire tant un instrument de folk que de musique à la limite du traditionnel celte. 

 

http://www.mettre-en-culture.com/img/visuels/the-john-butler-trio.jpg

 

Une cool attitude qui paraît étonnement naturelle, une fluidité impressionnante, aucun passage ne semble avoir été crée juste par ce qu’on trouvait pas de meilleures transitions. Non pas qu’on imagine John travailler jour et nuit sur son bureau avec un papier et un crayon à vouloir parfaire chaque détail. C’est plutôt ce qu’on appellera du talent pur et dur. Contrairement à tous ces imbéciles, australiens ou pas, qui font des clips ennuyeux montrant d’autres imbéciles ou eux-mêmes faisant du surf, le tout sur une musique salement mauvaise, John casse ces préjugés. 

 

Le problème est qu’il est un peu difficile de vous conseiller quoi écouter: entre l’hymne celte d’ « Oldman », la mythique « Company Sin » ou le semi-blues de « Treat yo Mama » parmi d’autres, vous avez le choix.

 

Désormais, Australie sera synonyme de John Butler Trio.

AC DC? Non, désolé, jamais entendu parler.

 

8,5/10

 


 
Repost 0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 11:42

http://randonnees-pedestres.fr/images/music/Dj_Hell-NY_muscle.jpg

 

Question du jour: Si l'enfer est pavé de bonnes intentions, qui se charge de payer les maçons? 

 

Déjà qu’il n’est pas facile de parler de musique sous sa forme traditionnelle, alors parler d’électro je ne vous en parle même pas. Enfin, si, justement, par ce que ce Dj le mérite bien. Puis l’avantage avec ce genre de musique, c’est qu’il n’est pas completement saturé de groupes américains et brittaniques. La preuve, Dj Hell est allemand.

 

En collaboration avec Alan Vega de Suicide sur plusieurs titres dont le très bon « Listen to the Hiss », autant vous dire que le monsieur a un nom qui impose le respect dans son milieu. Sans compter qu’il est aussi le patron du label Gigolo Records.

 

http://www.goutemesdisques.com/uploads/pics/dj-hell.jpg

C'est donc ça l'enfer, être entouré de gens habillés comme ça

 

 

 

Bref, notre Helmut, avec ce 3ème album, nous offre une électro très largement accessible. Si sa musique peut paraitre parfois légèrement basique (« Control »), il n’en est rien. Son style, pour être plus précis, se dénomme l’éléctroclash. Une découverte pour moi, et une bien belle. Trouvant ses sources dans le rock, punk et la musique industrielle (« Follow You »), on se retrouve bien vite plongé dans un univers très particulier. A mon grand regret, l’album semble manquer d’une réelle cohérence, les chansons sont ordonnées de manière qui ne traduit pas d’intentions précises, ou en tout cas pas évidentes.

 

 

Brutal et franc du collier, NY Muscle est un album authentique dont chaque chanson semble être une ode à la destruction aussi impulsive qu’elle est ordonnée: on a quand même un petit côté allemand (eh bim! Un peu de germanophobie frôlant le point Godwin).


En tout cas, Dj Hell devrait ravir tant les novices que les auditeurs plus éclairés, car il se dit un peu partout que ses inspirations sont presque sans fin. Tant mieux, car j’ai bien l’intention de les découvrir. Une petite écoute du titre « Tragic Picture Show » devrait vous donner la même envie.


7/10

 

Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Electro-ménager longue durée
commenter cet article
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 19:16

http://www.actmusic.com/images/hi_res/ACT_9006-2.jpg

 

Question du soir: Peut-on aller dans le métro sans voir un imbécile rentrer dans un wagon sans laisser les gens en sortir?

 

Turc, Kudis Erguner est apparemment considéré comme un maître chez les derviches tourneurs, qui sont, pour simplifier à l’extrême, des excellents danseurs à la base reconvertis dans le spectacle pour touriste. Le même touriste couillon qui pense être hype après avoir acheté des mocassins au marché égyptien d’Istanbul. Enfin bref, y’en a bien qui viennent voir la Tour Eiffel à Paris.


 

 

Si il joua un grand rôle dans la réhabilitation des derviches tourneurs au milieu du 20ème siècle, ca n’a rien d’un hasard. Kudsi Erguner est effectivement un maître de cette musique, à laquelle il apporte une touche presque jazzy. Les derviches tourneurs sont réputés, au cours de leur magnifique cérémonie (bon celle pour touriste est parait-il minable, mais mon petit doigt m’a dit que dans des villes plus modestes, c’est un spectacle qui vous marque pour très longtemps), être dans un état de transe ou semi-transe. Un titre comme « Semai » vous fera partager cette sensation.

 

Au final, il s’agit d’un album très spécial, difficile à apprécier. La musique est pour le moins originale, mais tout le monde n’aimera pas, loin de là ! Cependant, si vous donnez à Ottomania la chance de vous convaincre, nul doute que vous puissiez devenir un fan et vous endormir chaque jour de votre vie en sa douce compagnie.

 

7/10

Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Arab Lounge
commenter cet article
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 06:10

http://d.yimg.com/ec/image/v1/release/19266999;encoding=jpg;size=300;fallback=defaultImage

 

A en croire wikipédia, les Black Eyed Peas (BEP) ont commencé en 2003 avec la sortie d’Elephunk (la page française ne semble d‘ailleurs pas vérifiée car on y voit vraiment n’importe quoi). Or ils existent réellement depuis 1995, sortent un 1er album en 1998, et Bridging the Gap est leur second.

 

A l’époque, pas de Fergie, pas de grosse technologie, et pas de public et médias les photographiant à chaque fois qu’ils éternuent. Néanmoins, leur 1er album leur a déjà valu l’approbation du monde hip-hop.

 

Sur 14 titres, la moitié sont d’ailleurs des featurings, réussis dans l’ensemble. William a déjà l’ascendant sur les autres, mais pas de là à s’accaparer le micro tout du long. Tout n’est pas réussi, loin de là, mais les BEP se distinguent car semblent déjà beaucoup plus réfléchis que beaucoup de groupes hip-hop plus expérimentés.

http://media.jukebo.fr/a450/i450.jpg?72

La séance de recrutement

 

 

Si la période pré-Fergie ne les a pas particulièrement poussée vers le devant de la scène, c’est par ce qu’on parle là véritablement hip-hop. Bridging the gap ne vous offrira pas de reprises de Dirty Dancing, de sons ahurissants, de clips avec des robots ni même une chanteuse en tenue moulante. Par contre vous aurez le droit à un vrai rap, pas toujours adroit, mais plein d’énergie, d’inspiration et d’envie. C’est le principal.

 

7/10

 


 

 

Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Fromage RAPé de qualité
commenter cet article
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 07:00

http://www.medias-inrocks.com/typo3temp/pics/0923502984.jpg

 

Question du jour:

Faut-il obligatoirement péter plus haut que son cul pour apprécier les Inrocks?


Tout content de trouver un album provenant du Japon et qui ne soit pas du simple rock, je m’empresse de saisir le Cd dans le rayon nouveauté de la médiathèque. Quelle erreur! La curiosité est une chose, mais la témérité en est une autre. D’une simple recherche sur internet, j’aurai pu voir que les Inrocks avaient écrit sur cet album. Par conséquent, il s’agissait très certainement d’une pure merde (notez que j’évite d’habitude la grossièreté autant qu’il m’est possible, mais je ne trouvais pas de mot plus approprié pour exprimer mon sentiment) soit disant non-commerciale afin de satisfaire la quête du bobo de se distinguer du peuple. Dans le mille, enfin, plus ou moins.

 

Il s’agit là du 4ème album solo de Shogu Tokumaru, mais il est également membre du groupe Gellers, bien plus ancien. Il semblerait qu’il fasse tout sur son Cd, avec apparemment plus de 100 instruments et assimilés, des jouets musicaux pour enfants par exemple. L’enfance est un thème qui semble lui tenir à cœur: il aime bien l’espace, les chevaux, les couleurs et puis il suffit de voir la pochette de l’album.

 

Faudrait pas qu’il se mette à confondre nostalgie de l’enfance passée et pédophilie. Encore qu’il ne risquerait pas grand-chose. N’étant pas riche comme Michael Jackson le fut, personne ne viendra inventer des histoires sordides pour lui soutirer honteusement de l’argent et ensuite s’excuser une fois l’accusé décédé, entrainant par là même une grande vague d’oubli des médias de tous genre qui s’en étaient donné à cœur joie pour lui cracher dessus.

 

http://rcrdlbl.com/files/rblog_images/shugo%20shrunk(1).jpg

Sponsorisé par Twilight

 

 

 

Sur l’album en lui-même pas grand-chose à dire. Chaque millième de seconde de musique semble avoir nécessité des heures de préparation. Ca sonne à la perfection, et on a même droit à des enregistrements en environnement naturel. Mais globalement, le résultat sonne tel de la pop comme les autres, et l’utilisation de la langue japonaise ne donne pas l’exotisme nécessaire pour qu’on puisse distinguer cet opus des nombreux autres similaires de l’autre rive du Pacifique. Sans compter que les milliers de percussions miniatures, de pianos toys’r’us et de chœurs d’eunuques font rapidement mal à la tête.

 

Pour une fois, il faudra bien reconnaître que les Inrocks n’ont pas trop raté leur coup. Enfin pour tous les bons groupes de pop japonais qu’ils ignorent, on va pas non plus les féliciter.


De tous les titres, Tracking elevator fait particulièrement honneur à l’album.


5.5/10

 

 
Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Albums non classés
commenter cet article
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 23:09

http://ecx.images-amazon.com/images/I/517JN4WQ7WL._SL500_AA300_.jpg

 

 

Question du jour:

Rowan Atkinson a-t-il fait la moindre bonne chose depuis Mr Bean?

 

En 1990, le percussionniste argentin débarque à dos d’hippocampe sur nos terres gauloises. Depuis, il joue dans différents groupes, et se permet de temps en temps de faire un album, on lui en est gré. 


Du haut de ses 37 ans, Minino a eu le temps de cogiter sur ô combien la musique revêt des formes diverses et variés. Vraisemblablement, il en aime beaucoup, d’où la présence d’un album qui, certes, a une sonorité sud-américaine, mais passe par tout une palettes de genres plus ou moins différents. Et pour être sur de ne rien oublier, il a ramené toute une série d’instruments tel que des percussions, chœurs, piano, guitare électrique, saxo, basse, violons et en invité, des flutes, flutes sud américaines, trompette, trombone etc.

 

http://www.parisetudiant.com/uploads/assets/evenements/recto_fiche/851_minino-garay-et-les-tambours-du-sud-que-lo-pario-au-festival-jazz-a-maisons-laffitte.jpg

 

 

Avec une voix de crooner latino (« la Celosa de Tu Vieja»), l’argentin nous dévoile toute une palette de rythmes endiablés, d’instruments des premiers habitants d’Amérique du Sud, et une imagination débordante «Elisa».

 

Cet album n’est pas du genre à réservé aux aficionados de la musique argentine, ni sud-américaine, ni même de « world music » en général. Non, en toute objectivité, toute personne de bon goût sera charmée.

 

9/10

Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Ce soir - c'est musique latino
commenter cet article
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 17:15

http://pmcdn.priceminister.com/photo/M-bem-Di-Fora-CD-Album-483145262_ML.jpg

 

 

Fille de Cap-Verdiens, Lura nait en 1975 au Portugal. L’album que nous allons voir actuellement lui a permit d’être nominée au BBC Award musiques du monde.

 

Si la musique de Lura est, à l’instar de Césaria Evora (dont elle a fait les chœurs à plusieurs reprises), du morna, l’interprétation n’est en rien similaire. D’une voix légère et pleine de sagesse, Lura vous fait chavirer avec des rythmiques endiablés comme sur « Galanton ».

http://www.sudplanete.net/tables/artistes/images/lura.jpg

Si c'est le genre de photos censés aider à vendre l'album, ça marche

 

 

 

L’artiste chantait en anglais sur ces 3 premiers albums. Heureusement, s’apercevant que pour conserver l’âme de sa musique, il valait mieux utiliser une langue certes moins commerciale mais plus adéquate, elle a décidé de chanter cette fois en créole.

 

La belle a la voix sensuelle a d’ailleurs collaboré avec Bonga, prouvant ainsi que son talent est reconnut sur l’ensemble des pays lusophones.

 

En somme un bien bel album mais qui, sur 13 titres, ne vous tiendra pas en haleine tout du long. 

 

7/10

Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Born to be an african
commenter cet article
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 08:34

http://media.melty.fr/razzie-award-oscar-sex-and-the-city-jessica-image-434586-article-ajust_614.jpg

Allez les filles, finit de parler bites à longueur de journée, on va lire peoplearestrange. Et surtout, ne pas faire de suite de suite de notre film.

 

 

Généralement, quand un film commercial aux coûts pharaoniques sort et obtient un relatif succès, les producteurs se sentent obligés de faire une suite, histoire de bien rentabiliser ce qu’ils appellent un scénario, laissant ainsi beaucoup de spectateurs indécis sur la définition à apporter à ce mot. La suite connait la plupart du temps un relatif succès commercial, même si la majorité des spectateurs l’ont souvent vus pour être sur que c’est aussi nul qu’on leur a dit. Surfant sur cette vague de pognon, les producteurs décident d’en faire encore un, qui sera plus ou moins mauvais. Attention, malgré l’insulte que ces films représentent pour l’humanité, certains se permettent encore d’en faire des suites, mais là ca devient vraiment beaucoup trop navrant pour être supportable.

 

Comme promis dans le titre, voilà la liste des 5 pires daubes numéro 2 que j’ai infligé à mon cerveau, qui, vous l‘aurez constaté, ne s‘en remit jamais totalement. La liste n‘est bien entendu pas exhaustive et quelque peu subjective, enfin bon c‘est un top 5, alors vous vous attendiez à quoi?

 

http://coruscant-battle.net78.net/images/autre_image/windu-fisto.jpg
Devines lequel va mourir dès la prochaine seconde?

 

  - Star Wars III: la revanche des sith


Commençons avec un peu de mauvaise foi puisqu’il s’agit en réalité du numéro 6. Mais ayant été intitulé numéro 3, il mérite d’avoir sa place ici.

28 ans après un premier épisode en 1977 qui allait changer l’histoire du monde tel que les garçons la conçoivent, George Lucas poignarde des milliards de fans dans le dos avec ce dernier épisode. Car oui, quand tu t’es embêté à apprendre au travers de bouquins pour geeks le nom de tous les jedis, tu ne tiens pas particulièrement à les voir se faire tuer au cours de mini-scènes où leurs capacités à renvoyer les balles se réduit à peau de chagrin.

 

http://la-pellicule-brule.com/wp-content/uploads/2011/06/Transformers-3-201104-02-maxi.jpg

Le plus choquant, c'est que le héros va encore se taper une fille intellectuellement attractive

 

-Transformers 3: la face cachée de la Lune


Waouh, sacré jeu vidéo! Ah non pardon: c’est un film. Mais un Disney alors! Non, un Spielberg, jamais très loin quand il s’agit de faire un truc foireux. A vrai dire, même les films Disney semblent moins manichéens, et pourtant, ils sont supposés s’adresser aux enfants.


Dans ce film, les Decepticons sont des gros connards. On les reconnait facilement car ils essaient de détruire toute forme de vie qu’ils croisent, sont de couleurs grises, ont les yeux rouges, et sont très lâches/fourbes etc. De plus, ils rigolent quand ils agissent cruellement et respirent comme les tyrannosaures de Jurassic Park.

 

Les gentils, eux, sont en couleurs, ont des noms ravissants, ont des armes très raffinés et des voix poétiques tout en étant virils. Ils ont tendance à être trahis par tout le monde et ne se battent que si leurs infériorité numérique est au minimum de 10 contre 1. Excepté lorsqu’il s’agit d’un combat contre un grand méchant, car il faut bien des boss quand il s’agira de l’adapter en jeu vidéo.


Mais au fait, pourquoi se battent-ils? Je vais t’expliquer jeune innocent. Il y a bien longtemps, ces 2 clans ne formaient qu’un peuple unique et unit. Mais les ressources de leurs planètes s’amenuisant, les Decepticons décidèrent d’aller piller la Terre. Les Autobots, eux préfèrent attendre que leurs peuples meurent le sourire aux lèvres métalliques, car les humains sont bons. Oui, les mêmes humains qui cherchent désespérément à conquérir l’espace plutôt que d’adopter un mode de vie qui préserverait l’intégrité de leur planète. Bref, cette dizaine d’Autobots va génocider des milliers de Decepticons au nom de la justice. Et puis merde, c’est les gentils, alors ils font ce qu’ils veulent.


Une belle fable moderne qui déculpabilisera tant les spectateurs du monde entier sur la pollution et autres bêtises tout droit sortit de l‘imagination d‘ayatollahs verts, comme aiment les appeler ceux qui ont beaucoup d‘actions dans des industries beaucoup polluantes.

 

On notera 2 belles scènes d’ouverture, l’une faisant louange à Obama, l’autre félicitant les Autobots d’avoir pété la gueule à l’Iran. Bien joué Spielberg, tu auras ta place dans le prochain gouvernement démocrate.

 

http://seance-cinema.cowblog.fr/images/photosdefilms/lamomie3latombedelempereurdragon31526.jpg

Une carrière qui part sérieusement en boules


- La Momie: la tombe de l’empereur dragon

 

Similaire à l’épisode deux, la Momie 3 nous confirme que Jet li est prêt à prendre n’importe quel rôle pour du pognon. Entre stéréotypes, approximation historiques et effets spéciaux aussi chers que médiocres, on atteint vraiment le pire du ridicule.

 

http://perlbal.hi-pi.com/blog-images/49541/gd/1196673279/PIRATES-DES-CARAIBES-3-Jusqu-au-Bout-du-Monde.jpg

Une multitude de gags

 

 

-Pirates des Caraïbes: Jusqu’au bout du monde.

 

 

Bon, je veux bien que Johny Depp soit trop beau, trop différent et trop un rebelle du système. Mais est-ce qu’il était pour autant nécessaire de faire encore un épisode. Excepté une scène plutôt trippante où le bel héros essai de nous convaincre qu’ils est resté l’acteur cool de Las Vegas Parano (n’ayant pas de vagin où autres membres corporels démoniaques, sache que ca ne prend pas!), Johny nous montre encore une fois qu’il est un pute du cinéma parmi d’autres.

 

Cet épisode n’est finalement qu’un prétexte pour respecter les quotas de minorités, avec une scène mémorable où les pirates du monde entier se liguent contre la tyrannie des méchants. Bon, un peu de minorité ça va, mais quand y’en a trop (le réalisateur aussi adhère aux valeurs de nos ministres). Tout ca pour dire que ces pirates ne prendront même pas part au combat final, par ce que faut pas déconner, il faut bien faire des coupures de budget pour payer le salaire de Johny.

 

http://www.joblo.com/images_arrownews/Underworld3Mitra.jpg

Après un échec dans la pornographie, Rhona se résolut à jouer dans Underworld

 

 

-Underworld 3: le soulèvement des lycaons 

 

Un peu moins connut que les films précédents, Underworld est pourtant le genre de films qui plait beaucoup aux garçons, toujours prêts à regarder des oeuvres qui répondent à leurs questions, d’autant plus si il y a une bonnasse qui participe.

En effet, on savait ce que donnait les humains contre les vampires, les humains contre les loups-garous, mais alors les vampires contre les loups-garous, ca restait un mystère.

Eh oui, mesdames, si l’homme ne s’intéresse guère au fonctionnement d’une machine à laver, c’est tout simplement qu’il est bien trop occupé par ce genre d’interrogations. Underworld répondit par 2 fois à ces interrogations, tournant dans tous les sens les conflits possibles, et se permettant même l’introduction du mi-vampire/mi-loup-garou.


Cependant, si Underworld 3 a la bonté de nous éclairer sur l’origine de ces chamailleries, on aura beaucoup à lui reprocher. Pour commencer, la bonnasse à moins de charme bien que plus de seins. Ensuite, si on évite la simple transposition des opus précédents quelques siècles en arrière, on tombe quand même dans une foule de clichés sur l’amour, la méchanceté des méchants et la gentillesse des gentils, sans laisser de grandes places pour des personnages aux caractères un peu moins tranchés.

En plus, moi, j’étais pour les vampires, et on peut pas dire que ca se passe très bien pour eux dans cet épisode…

 

Si vous avez des suggestions, n'hésitez pas à les garder pour vous, à moins que ce soit intéressant, mais ca serait assez surprenant.

Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Films
commenter cet article
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 10:01

Calypso Rose. Back to Africa (2009): le tout en passant par Israël en bus

 

 

http://bastien.paulet.free.fr/Infos_pays/AMERIQUE/TRINITE_ET_TOBAGO_Carte.gifLangues offcielles: anglais

Capitale: Port d'Espagne

Forme de l'Etat: République

Président de la République: George Maxwell Richards (depuis 2003)

Classement IDH 2011: 62ème 

Taux de fécondité 2010: 1,72

Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Pays
commenter cet article
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 10:01

Cool Crooners of Bulawayo. Isatilo (2006): dla zikzik de derrière la boutique

 

 

http://www.meteo-world.com/album/albums/userpics/10001/zimbabwe-11.gifLangues officielles: anglais, shona, sindebele

Capitale: Harare

Forme de l'Etat: République parlementaire

Président de la République: Robert Mugabe

Classement IDH 2011: 173ème 

Taux de fécondité 2010: 3,66

Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Pays
commenter cet article

Archives