Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 09:28

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/d/d2/Busta-safe-no-more.jpg

 

 

Boum badaboum, Busta Rhymes au rendez-vous. Un album par an, Trevor s’y tient. Ca n’est pas une ligne directrice mais tout simplement le résultat d’un travail continu et passionné. Fidèle à ses principes, rien n’est bâclé ni laissé au hasard. Et ca en deviendrait presque flippant de voir un tel niveau en continu, à se demander si il pourra laisser beaucoup de concurrents garder un peu de prestige.

 

N’exagérons rien. Si nous apprécions le 6ème album de ce rappeur, il ne vend pas plus d’albums que Eminem ou autres compères plus visibles sur la scène médiatique.


 

Finalement que dire d’un album qui n’est que le prolongement des précédents, avec quelques changements à noter. Moins violent mais gardant la même agressivité, Busta Rhymes s’est trouvé de nouvelles façons de rapper qui sonnent comme une transition vers quelque chose d’encore plus aboutit. A voir.

 

Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Fromage RAPé de qualité
commenter cet article
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 09:49

http://pmcdn.priceminister.com/photo/gotan-project-tango-3-0-cd-album-861579273_ML.jpg

Gotan Project réapparait en 2010 avec son 3ème album, l’objectif affiché de remettre le tango dans le clan fermé des musiques audibles par l’humanité. Le problème, quand on a entendu le ou les précédents, c’est qu’on a peu l’impression d’être victime de recyclage. En effet, la surprise première du mélange latino-électro est dissipée, et on se retrouve devant une musique dont l’intérêt est modéré.

Cependant, la critique est facile et sévère car le contenu reste bon et original pour un néophyte. De plus la fin de l’album monte en puissance de façon assez surprenante. Et on l’on sent une harmonie croissante entre le beat, une basse et l’air principal.

 

Pour ceux qui ont déjà entendu du Gotan Project, à part si vous êtes fans, passez vote chemin, ca risquerait de vous irriter.

Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Ce soir - c'est musique latino
commenter cet article
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 00:37

http://www.onthecorner.fr/press/wp-content/uploads/2009/12/mac-tyer-do%C3%B9-je-viens.jpg

 

Si y’a bien un truc qu’on peut reconnaitre à Mac Tyer et son compère Mac Kregor, c’est la capacité de travail. Si le résultat est discutable, cette volonté sans faille mérite déjà le respect. Ici on a affaire au 3ème album solo du bonhomme qui s’approche de la trentaine.

 

En dehors du discours misérabiliste classique et pénible qu’on se donnera pas la peine de commenter une fois de plus, on trouve d’autres éléments intéressants. Quelques bonnes initiatives de la production démarquent un peu la musique de certains raps typés banlieues. De plus, si Mac Tyer ne force pas sa technique sur l’ensemble du disque, il prouve sur certains titres, « d’où je viens » en est le meilleur exemple, qu’il ne manque pas de capacités. Puis, comme il le dit avec justesse « Y’a que ceux qui font rien qui ne se trompent pas ». Enfin, contrairement à beaucoup d’albums du genre, il a évité de faire des chansons merdiques de remplissage à la fin du disque: respectable.

 


 
Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Ceux qui font honte aux hip-hop
commenter cet article
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 08:58

http://factmag-images.s3.amazonaws.com/wp-content/uploads/2011/09/essentialneps-clones.jpg

La 1ère information et la plus importante qu’il vous faut savoir des Neptunes, c’est que l’un d’eux à envoyé à moitié balader les Inrocks lors d’une interview. Et y’a pas à dire, ca fait toujours plaisir. Mais il y a d’autres bonnes choses à savoir sur le duo, comme le fait qu’il soit composé de Chad Hugo et Pharell Williams.

 

Le groupe, fort d’une belle réputation dans le milieu hip-hop mais avec une visibilité dépassant ces frontières, décide donc de lancer un 1er album en 2003. Un album aux couleurs de compilations, puisque chaque titre est un fEaturing. Normal pour des producteurs direz-vous. Non, car d’une part on pourrait prendre l’exemple des Handsome Boy Modelling School, et d’autre part Pharell savait déjà utiliser à merveille ses cordes vocales.

 

http://raphaterz.files.wordpress.com/2012/06/the-neptunes-corbis-530-85.jpg

 

 

Les invités de renommé ne manquent pas: Busta Rhymes, Snoop Dogg, Jay-Z, Nas, pour ne citer qu’eux. Attention cependant à ne pas vous précipiter directement sur les titres où ils sont présent, car ce ne sont pas forcément les meilleurs. Encore que, difficile de trouver les « meilleurs » dans une telle flopée d’excellence. Le naturel des enchainements d’une piste à l’autre laisse croire que la performance des invités était attendue. Et pourtant, on a bien du mal à croire que ce genre de résultat ne nécessite pas des années de travail. Entre les beats entrainants et jamais redondants, la musique agréable et originale, les flows des artistes parfaitement adaptés et déroulés à la perfection

 

En somme, on regrettera quelques rares titres un peu voire en beaucoup en dessous du lot, mais faut dire que la barre était placée très haute. On regretta peut-être plus que Snoop n’ait pas fait d’efforts, et également qu’aucun invité n’apparaisse plusieurs fois, ça aurait donné l’illusion que l’album n’est pas qu’un prétexte à brasser le maximum de public.

Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Fromage RAPé de qualité
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 09:40

http://assets.boomkat.com/images/252446/333.jpg

 

En écoute ici

 

Par d’un album espagnol sans faire jouer les préjugés est mission impossible, c’est pour ca qu’on ne se gênera pas. Ainsi, cet album de 1971 montre en tout point le côté fainéant de nos chers voisins du sud. En effet, commençons avec mauvaise foi par noter qu’ils n’ont pas pris le temps de faire une page wikipédia. Du coup, aucune information sur le groupe, même si on peut émettre l’hypothèse qu’ils sont de Saint Sébastien. Ensuite, une certaine monotonie dans la composition se fait rapidement sentir.

 

Une fois tous ces blâmes effectués, on peut se permettre de dire du bien. Car il faut l’admettre, la surprise est là. On est dans un album dans pure lignée du funk, mais à la sauce hispanique. Si le mélange me parait moins savoureux que lorsque la culture anglophone s’en charge, ça n’est pas pour autant une expérience intéressante et plutôt fructueuse. Comme dit auparavant, la redondance de certains titres est dommage et vous demandera un grand effort pour continuer à voguer de piste en piste sur le CD. Mais si vous fournissez l’effort, le plaisir est au rendez-vous, et nul doute que vous parviendrez à recaser certains titres pour une soirée gaie et relaxée.

Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Albums non classés
commenter cet article
19 février 2013 2 19 /02 /février /2013 09:56

http://ecx.images-amazon.com/images/I/4173DF1RAZL._SL500_SS500_.jpg

Née en Inde et grandissant dans un quartier polyethnique de Birmingham, avec un père dans le système, Bally Sagoo avait déjà une voix toute tracée vers la musique.

 

Dj reconnut dès 1994 au Royaume-Uni, sa musique ne nous est pas parvenu outre-mesure. Pourtant, sa facilité à mélanger les genres tout en restant dans un style très accessible voire « commercial » laisse béat. Reprenant les clichés entourant le cinéma bollywoodien (qui n’est pas le cinéma indien dans son ensemble, loin de là), Bally nous concocte une musique qui passerait aussi bien dans un restaurant que dans une boite, pour certains titres tout du moins. 

 

 

 

http://www.masala.com/images/tmp/full/planlive_3_full.jpg

Permettons nous de juger l'aspect.

 

Bien que, sans surprise, tous les titres ne soient pas plaisants, l’album n’en reste pas moins culturellement intéressant. On a l’impression que l’histoire liant les deux pays du musicien se revisite musicalement. Le rapport n’est plus dominant dominé mais bien d’égal à égal. La production est soignée au possible, les beats sont présents mais largement assez en recul pour pouvoir profiter pleinement des voix. Ces voix qui, conformément à l’idée qu’on a de la musique du cinéma indien, nous transporte autant qu’elle nous surprennent parfois par son aspect kitch. Mais il ne s’agit bien là que d’un aspect, car la performance vocale est bel et bien là. Enfin, la musique elle-même ne souffre d’aucun défaut, tantôt mélangeant des samples, tantôt cherchant à se complexifier suffisamment pour qu’on ne puisse dire du dj qu’il fait sa musique à la va vite.

 

Au final, un album qu’on admirera tant pour son excellence musicale que pour sa extrême audibilité. 

 

Repost 0
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 07:51

http://i101.photobucket.com/albums/m63/boom_selecta/WinstonMcAnuff-ParisRockin-.jpg

Le titre n’est pas du au hasard sur ce 5ème album. En effet, à force de trainer en France, il finit par y construire sa carrière, et ses nombreuses collaborations montrent que les artistes locaux sont ravis de l’avoir ici. 

 

Le reggae a tendance à vous endormir? Vous lasser? C’est un peu tout le temps la même chose. Puis bon c’est lourd de la basse, de la basse et que de la basse.

http://www.sudouest.fr/images/2011/07/31/464169_17357091_460x306.jpg

 

 

Il va être temps de vous taire bande méprisants. L’album que vous avez là défonce tous les clichés à gros coups de tatanes dans la tronche. Vous avez peur que ca se répète, bim t’as pas lignes de basses similaires, pas plus que le chanteur ne reste pas sur une tonalité monotone. Vous vous endormez? Bam, t’as un titre sur deux qui te met de la guitare dans les oreilles avec une telle puissance que tu penseras avoir switché avec un Cd de rock. Puis la basse, ca vous gave? T’inquiètes pas mon cochon, t’as la plus belle voix de la Jamaïque qui se met à disposition pour te faire rêver, sans compter l’instrumentation géniale ou les collaborations comme sur le titre Paris Rockin’.

 

Alors, en somme mon bonhomme, tu vas sur internet, tu commandes cet album, tu le paies par ce que t’est pas un voleur, ou tu l’empruntes à une médiathèque, et tu paie le trip d’écouter ce qui est à mon sens le meilleur album de reggae que j’ai pu entendre. Et après tu viens me dire merci de t’avoir si bien conseillé.

Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Reggae Mania
commenter cet article
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 11:42

 

 

http://2.bp.blogspot.com/-O0NuoGApeJE/T4OAPaPprOI/AAAAAAAABP4/m7B88uA5xcE/s1600/Busta_Rhymes_-_Genesis-front.jpg
On va pas vous refaire une biographie du héros du rap de Brooklyn (à mon sens, chacun fait ce qu’il veut, mais j’ai raison). Beaucoup moins inspiré que l’opus précédent, mais il faut avouer qu’il était impossible de faire aussi bien. On trouvera quand même quelques titres vraiment dans l’esprit du Busta.
Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Fromage RAPé de qualité
commenter cet article
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 11:36

http://hitparade.ch/cdimag/mafia_k-1_fry-jusqua_la_mort_a.jpg

 

Y’a pas à dire, entre le 1er album et le second 4 ans plus tard, il n’y absolument aucune différence chez la Mafia K’1 Fry. Toujours dans cette paranoïa de persécution raciale, les rappeurs enchainent les banalités sur l’Etat, la misère, la drogue etc. La cohérence est une notion à mettre évidemment de côté. Quelques phases homophobes, classiques mais toujours aussi peu efficaces. 

 

http://66.img.v4.skyrock.net/4678/3544678/pics/41425474.jpg

Il a apparemment fallut beacoup de monde pour ce résultat

 

Il faut néanmoins noter que le travail de certains est gaché par ceux qui les environnent. On entend parfois des rappeurs aux rimes plus cherchés, à défaut d’avoir un sujet un tant soit peu original. Dans l’ensemble, ca reste très simple, simpliste, et à la limite du racisme parfois. On regrettera aussi que les bonnes critiques attribués à la société et la politique soit souvent un prétexte pour les rappeurs pour mettre en avant ce qu’ils appellent la résistance qu’ils mettent en place. On mettra à part le bon titre « Survivor », pas toujours réfléchit mais très entrainant, et également une belle chanson sur les mères « Mama ».

Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Ceux qui font honte aux hip-hop
commenter cet article
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 11:10

http://www.mylorraine.fr/uploads_articles_images/4791/adtf-faut-qu-calime.jpg

Ecouter ici

 

Voilà un groupe assez connut au niveau national, et à la réputation juste mythique au niveau local. En effet, originaire de Nancy, ils fondent le groupe en 1996 et commencent par des spectacles de rue. Pour peu que vous connaissiez des nancéens ayant un peu de bouteille, ils auront certainement une anecdote ou deux sur une soirée où ils ont vu débarquer un ou plusieurs membres du groupes pour s’enfiler des verres. Et pour peu que vous trainiez un peu dans les bars, vous pourrez même tomber sur Kraspek et un pote à lui avec une bonne dose d’alcool dans le sang prendre un instrument (une contrebasse si j’ai bonne mémoire) et pousser la chansonnette.

http://images.nuttymp3.com/artist/16/164269.jpg

 

Sur leur site d’archive officielle, , vous trouverez de quoi vous sustenter en photos témoignant de leurs exploits. Au final, à l’aide de leurs guitare et de la « contrebassine », le groupe propose ce qu’internet appellera rock alternatif, et que vous pouvez appeler également rock comique. 

 

La comparaison la plus évidente serait certainement celle avec Oldelaf. Si elle n’est pas entièrement erronée, il faut bien admettre que Les Amis d’ta femme sont légèrement plus engagés dans leurs textes, et cela explique surement en parti leur manque de notoriété. La musique n’est pas si simple que le type de texte pourrait laisser le croire. Le chant est basique, mais sans être non plus celui du clochard du coin. Enfin, côté textes, cet album-ci vise avant tout le comique que le message. Un album qui mérite une écoute attentive, car le seul risque pris est de passer un bon moment.

Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Les vrais indépendants
commenter cet article

Archives