Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 novembre 2012 2 27 /11 /novembre /2012 12:37

http://pixhost.me/avaxhome/df/a1/0012a1df_medium.jpeg

 

Warning, je ne peux malheuresement mettre de liens vidéos de l'album ici mais vous en trouverez sans difficultés sur youtube

 

 

Avec Kayhan Kalhor, on en vient à se demander si l’Iran n’est finalement pas autre chose qu’un simple pays de méchants dont les dirigeants n’ont pas même la décence, à l’instar de la Corée du Nord, d’être financé par l’aide humanitaire américaine pendant qu’ils font du nucléaire en douce.


Kayhan Kalhor est ce qui se fait de plus connu à l’échelle mondiale comme musicien iranien. La musique, qualifiée de perse, est tant influencée par le courant musulman soufiste que par la culture perse, bien antérieure à l’implantation de l’islam dans la région.


Sur cet album, l’artiste collabore avec des musiciens made in USA (Brooklyn Rider), avec brio, cela va de soi. A vrai dire, à partir de là, vous pouvez laissez de côté toute notion d’objectivité, cet album est indispensable pour peu que l’on oppose pas une allergie maladive aux violons . L’album n’ayant que 4 titres, et ces derniers étant particulièrement singuliers, on les abordera un par un. 

 

http://userserve-ak.last.fm/serve/_/23949763/Kayhan+Kalhor+kayhan_kalhor_02.jpg

Attention, votre voisin de palier est peut-être l'un des plus grands musiciens de tous les temps

 

 

Ascending Bird: Un instrument fait d’os d’oiseaux. Basé sur une légende d’un oiseau qui voulait atteindre le soleil et s’enflamma à sa 3ème tentative, métaphore d’une transcendance spirituelle.

 

Il faut attendre la moitié de la chanson pour qu’elle prenne réellement de l’envergure et se démarque.


 

Silent City: Parle des villes détruites.  La 1ère partie improvisée. Le chant est plein d’espoir.

La musique semble longue à démarrer, on pense à autre chose, on commence une activité. Au bout de 10 minutes, la musique commence, peu à peu s’emballe, nous emporte. Il est raconté que des victimes de l’ouragan Katrina avaient remercié le groupe pour cette musique: c’est plausible. En effet, l’évocation d’une ville en ruine se fait rapidement, les rares êtres vivants encore debout sont silencieux, comme si le temps s’était arrêté. Et plus le tempo accélère, mieux on imagine le visage des rescapés s’emplir de courage et d’espoir. 

La musique reprend son cours, la ville est probablement reconstruite, et la vie redevient comme avant. Avec mélancolie? Peut être, peut être pas.

 


 

Parvaz: Peut-être par ce qu’il fallait du moins bien pour faire la transition entre les 2 longs titres de l’album, peut etre par ce que le son de facebook qui arrête pas de faire bip et que je ne sais pas désactiver me gâche un peu le truc, peut-être par ce que le titre est trop constant sur ses 4 premières minutes, Parvaz n’est pas le titre le plus élevé de ce répertoire. Pour autant, le dernier tiers du morceau mérite que l’on attende jusqu’au bout, car l’entrelacement des instruments à corde comme autant de serpents qui s’enroulent et se nouent, laisse bouche bée sur la maitrise des musiciens. Combien d’instruments ont-ils dû violemment éclater de rage avant de pouvoir atteindre une telle harmonie? Surement aucun, on parle là de Kayhan Kalhor, et Kayhan Kalhor n’est pas un homme ordinaire. A vrai dire, peut on encore être considéré comme un homme quand on peut faire chavirer le cœur de ses auditeurs à chacune de ses mesures?

 

http://www.tavoosonline.com/WebFiles/News/Images/keyhankalhomineapolis1.jpg



Beloved, do not let me be discouraged.

 

Rien que le titre est magnifique. Vraiment, à notre époque, quelle plus belle preuve d’amour que de trouver réponse à cette attente de la part de son/sa bien aimé/e/.


Et devinez-quoi? Le morceau aussi est magnifique.


Etrangement, le titre est encore plus sombre que Silent City, qui évoquait semble-t-il, l’utilisation de gaz par Monsieur Hussein à des fins de destructions massives de toutes formes de vie sur certaines villes.

Néanmoins, au bout de 4 minutes, on amorce un autre état d’esprit. On pourrait presque croire qu’un musicien celte, pas le plus joyeux certes mais apportant cette fraicheur si caractéristique, a décidée de passer par là. Le raccourci est vite fait, certes, car point de bignou et chants de joie à l’horizon, mais une légèreté plus prononcée.

C’est alors que, peu avant les 6 minutes du titre, la musique s’accélère. Un suspens plus fort que n’importe quelle saison de 24h Chrono, les musiciens nous tiennent en haleine. Ca y’est, chaque auditeur dessine dans son esprit sa propre histoire. Kayhan Kalhor est le meilleur des musiciens, mais aussi le meilleur des conteurs, celui qui vous fait utiliser pleinement vos capacités imaginatives. La fin est-elle heureuse? Je vous laisse le découvrir, vous ne serez plus la même personne.

 

Silent City n’est pas un album 10/10. Silent City est hors de tout jugement, il est ce pourquoi la musique est un art intemporel et transcendant les frontières, les religions, les idéaux et autres caractéristiques de la société humaine que cette dernière instrumente comme autant de barrières quand ce devraient être des sujets d’échange et de partage.

Repost 0
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 16:18

http://www.starzik.com/covers/albums/Burn_It_Filastine-200215425.jpg

 

 

Si y’a bien une chose pour laquelle les espagnols ne sont pas des as: c’est la musique. Bon, ils ne sont pas forts en grand-chose. En fait, et sans aucun stéréotype bien sur, les espagnols sont nuls en tout. Sauf le dopage certes mais ca n'est malheuresement pas encore une discipline à part entière, et l’Interville version hardcore, mais y’a que eux d’assez cons pour trouver ca ludique en même temps. Bref, si les espagnols sont des manches pluridisciplinaires, leur nullité excelle en musique.

 

 

Mais alors, est-ce bien la peine de parler d’un groupe espagnol?

Oui, d’abord par ce que celui-ci est une des exceptions qui confirme la règle, et ensuite par ce que ca fait jamais de mal de casser du sucre sur le dos de ces ânes.

 

Bon, déjà expliquons qui est l’artiste. Vous vous en doutez, si il est bon, c’est qu’il est pas vraiment espagnol. Tout d’abord il est né aux USA, et en plus il n’a plus depuis un moment de véritable lieux fixe. En réalité, il en a pas plus à foutre que ca de l’Espagne, ce qui nous fait déjà un point commun (sauf quand j'apprends par exemple que les 3/4 d'entre eux pratiquent le pari en ligne, puis manifestent contre l'austérité quand on leur file du pognon...).

 

Ce bonhomme est bien au dessus des basses considérations de frontières qui perturbent tant les esprits, et qui permet aux politiques de faire des longs discours avec du vent pour masquer leur manque de courage quant à de véritables problèmes.

 

http://www.thestranger.com/binary/1082/MusicLead-570.jpg

 

 

Mais là n’est pas la question, en tout cas Filastine est presque apatride, mais pas tout à fait non plus car la véritable situation d’apatride consiste à se faire défoncer dans tous les pays, alors que lui se balade tranquille avec son passeport. Il n’empêche que Filastine semble être un véritable altermondialiste, dont l’engagement est sincère et appuyé, ce qui le différenciera, exemple parmi d’autres, de Monsieur R.

 

C’est donc dans un tourbillon de musiques du monde entier que Filastine nous incite à voyager. L’électro n’est presque qu’un prétexte à l’ouverture spirituelle. Dans une demi douzaine de langues, l’artiste nous parle de divers sujets qui lui tiennent à cœur, sans que l’on y comprenne toujours grand-chose (et c’est peut-être mieux vu la déception qu’est le titre en français). Le beat n’est jamais au ras des pâquerettes, des styles du monde entier se rencontrent et s’entremêlent, les langues sont à la fois diverses mais ne font aussi qu’une seule entité, la musique représente les oubliés, le compte est bon, l’album est dingue.

9/10

Repost 0
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 11:50

http://i1.ytimg.com/vi/lm5XDSLJgJI/mqdefault.jpg

 

Monsieur R s’est fait plutôt discret après son procès quant à une chanson polémique incitant à divers choses malsaines. Evidemment, ses accusateurs sont des méchants à la solde de l’extrême-droite qui persécutent ce pauvre artiste. Ecoutez la chanson par vous-même, pas besoin d’être nationaliste pour comprendre que le jeune homme dit de la merde.

 

Hop, on en arrive au cœur du sujet, c’est-à-dire la merde. Car Monsieur R, non content de nous délivrer sa vision géopolitique bien particulière du monde, nous permet de mieux appréhender l’expression « avoir de la merde dans ses oreilles ». En effet, moi qui n’avais jamais compris pourquoi on utilisait cette expression pour signifier une mauvaise ouïe, veut en réalité dire écouter Monsieur R: tout simplement! Voilà des vannes de mauvais goût je l'admets, mais il faut dire les choses telles qu'elles sont.

http://i2.cdscdn.com/pdt2/1/2/0/1/700x700/auc8435141346120/rw/che-guevara-sac-reporter.jpg

Toi aussi transportes tes cours de marketingss, finances et autres afin de passer pour un rebelle préparant ton exploitation du prolétariat.

 

 

Le bonhomme autoproclamé rappeur altermondialiste affiche son affinité avec Besancenot dès l’introduction de l’album. Grand bien lui en fasse les opinions sont libres. Enfin sont libres à partir du moment que vous avez le même avis qu’eux, sinon vous êtes un facho. Donc si vous avez l’impunité de penser que Che Guevara n’est pas le meilleur exemple de l’implantation d’un système de gouvernement socialiste en vue d’une transition vers le communisme (oui, on peut ne pas apprécier le barbu et pourtant connaitre avec précision le marxisme, mais ca les dépasse), vous êtes un nazi. C’est l’un ou l’autre, pas de nuance possible.

 

Bien, on commence bien, vraiment. On notera d’ailleurs que le texte a apparemment été écrit par le porte parole de l’Armée Zapatiste de Libération Nationale, organisation bienveillante malgré sa tendance a utilisé massivement le recours au meurtre et l’utilisation d’enfants dans leurs forces armées. Enfin on en est pas à ce détail près quand on combat les enculés de capitalistes catholiques/ francs-mâcons/ sionistes/ insérez ici votre cliché.


Bon, ca c’était les remarques pour la chanson d’introduction, alors on va peut être pas s’amuser à faire les titres un par un. C’est pas la peine. On a déjà dit que c’était de la merde dans les oreilles. Ensuite ca continue donc avec divers dénonciations des plus banales, avec un courage politique à en faire trembler les Malcolm X. Et se réclamer de Nelson Mandela… Pfff j’arrive même pas à décrire la haine que m’inspire ce Monsieur R. Si il avait un tant soit peu de considération pour le grand Mandela il ne se permettrait pas de prononcer son nom. Voilà voilà, le rappeur altermondialiste livre donc un nouvel album à chier, qui se vend dans les Fnacs, qui passe surement sur des radios voire peut être même à la télé…


Une honte indescriptible pour la langue française, le rap, la politique, l’humanité et surtout tous ceux qui utilisent vraiment leur tête et leur dix doigts pour rendre le monde plus juste. 

 

Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Ceux qui font honte aux hip-hop
commenter cet article
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 19:25

http://d.yimg.com/ec/image/v1/release/196191072;encoding=jpg;size=300;fallback=defaultImage

 

Si vous allez sur wikipédia, vous y verrez que madame Redzepova est considérée comme la reine de la musique tsigane à travers le monde. Hop, sans source et sans justification, c’est un fait. Merci wikipédia du coup.

 

Cependant, on y apprend des choses un peu plus intéressantes, comme le fait qu’elle possède plus de 300 foulards. Rien n’est précisé pour savoir si elle les a acheté ou volé (oui il parait que le racisme anti-rom ca marche vachement bien en France en ce moment, mais c’est pas vraiment du racisme hein, c’est différent, on sait pas comment et pourquoi mais apparemment c’est différent quand ca concerne les roms).


Déjà un peu plus intéressant, madame et son monsieur ont adopté 47 enfants, comme quoi non seulement Angelina Jolie n’a rien inventé, mais a encore du chemin à faire avant de pouvoir vraiment prétendre avoir le cœur sur la main. On peut ajouter d’autres trucs à son actif, comme le fait qu’elle a enregistré presque 600 titres et fait plus de 20 000 concerts. 

 

Bon, on a fait son CV, et on a vu que la macédonienne n’avait pas chômé durant sa carrière. A vrai dire, à ce stade, on parle d’une passion, le mot carrière dégradant beaucoup trop la valeur d’une telle artiste. D’autant plus que dans le genre chant jouant avec le pathos et la vibration des cordes vocales simili cris de gitans, la concurrence ne manque pas en Ex-Yougoslavie. Et pourtant, Esma a impregné tout le monde de son talent et de sa vigueur.

http://medias.lemonde.fr/mmpub/edt/ill/2007/06/14/v_7_ill_923293_esma-redzepova.jpg

 

Mais, nous, petits Français, ou au moins francophones, pouvons nous apprécier sa musique?

 

La réponse n’est que toute personnelle, comme toujours quand on parle de musique d’ailleurs, mais là encore plus. En effet, quand vous ne comprenez pas la langue, l’intérêt se limite déjà largement. Quand vous connaissez ne serait-ce qu’un peu la musique de la région, ou même la musique rom avec une vue d’ensemble, ca limite aussi l’intérêt, car la voix est certes géniale, elle n’en reste pas moins cantonnée aux domaine classiques du genre. Enfin, quand vous n’êtes pas un adepte (euphémisme) de la musique lente cherchant uniquement, en toute vraisemblance, à vous arracher une larme, vous perdez encore de l’intérêt à la chose.

Du coup, cet album m’a semblé bien fade, mais il n’en demeure pas moins vrai que la qualité est au rendez-vous, pour peu que vous adhériez à ce genre musical.

Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Caravane poubelle
commenter cet article
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 11:54

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/thumb/9/9c/Curtis_(50_Cent_album).jpg/220px-Curtis_(50_Cent_album).jpg

 

 

 

 

 

Curtis Jackson est le vrai nom de 50Cent, et, comme pour en faire un « album de la maturité » comme disent les journalistes, il fait de cet album éponyme son cheval de bataille contre Kanye West. On la fera courte, mais, en gros, au lieu d’arrêter les albums comme il l’avait promit après avoir moins vendu que Kanye, il ne tient pas sa parole, à la grande surprise de personne.

 

Malgré sa défaite, Curtis s’est quand même vendu à plus d’un million de copies rien qu‘aux USA, ce qui n’est pas négligeable. Maintenant, on va voir si Curtis aurait réellement dut s’arrêter après cet album.

 

http://www.50centbase.com/50-Cent-Pictures/50-Cent-Picture/50-Cent-Pictures-54.jpg

Les contrastes du rap us contemporain en une image

 

 

Avec des collaborations à n’en plus pouvoir et des samples toujours sélectionnés avec attention, 50Cent ne prend pas de risques. A vrai dire, cet album n’est en rien différent du précédent, excepté qu’il y a moins de bons titres. Mais sinon, on reste sur le basique rap game et ego trip.


Un album qui présente certes l’intérêt d’être de 50Cent, donc bon, mais il nous a déjà fait mieux. On est quand même content qu’il ne se soit pas arrêté là mais il serait peut-être temps de se renouveller.

 

 

 


 

 

 

Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Ceux qui font honte aux hip-hop
commenter cet article
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 14:38

http://www.jeffeaston.com/Music/Images/AlbumArt/AmonTobin_Permutation.jpg

Amon Tobin est probablement l’un des Dj brésiliens les plus connus en France, parmi le peu qui sont un tant soit peu médiatisé. Peut-être par ce qu’il a vécu au Royaume-Uni, peut-être par ce qu’il a fait la musique d’un des jeux Splinter Cell, peut-être même par ce qu’il le mérite.

 

Avec « Permutation », l’artiste n’en est alors qu’à son 3ème album, et a pourtant déjà tout du génie de l’inventivité. Notons qu’il est sur le label Ninja Tune, qui produit parfois des trucs, si ce n’est très bon, au moins toujours original.

 

http://www.xlr8r.com/files/news/eskamon_040610.jpg

 

 

L’album a ici une touche jazzy clairement prononcée. Mais ne vous y trompez pas, Amon Tobin est un touche à tout, et ça n’est en aucun cas un copié collé de ce que pourrait faire un jazzman américain lambda. Non, tout d’abord les racines électro sont belles et bien présentes, et la rythmique sud-américaine vous attend de pied ferme pour vous faire trémousser, sans compter l'influence discrète mais bel et bien présente du continent africain et du moyen orient.


A vrai dire, une oreille distraite ne reconnaitra pas la valeur de l’album. Ce fut d’ailleurs mon cas la 1ere fois. Mais à bien vous y pencher, vous verrez que cet électro n’est pas si pointue qu’il n’y parait au 1er abord et est au final accessible à tous, pour peu que vous soyez curieux. 

Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Ce soir - c'est musique latino
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 19:00

http://asset.ourstage.com/up/FGGBCVAOLUPJ-320x240.jpg

 

En écoute sur son myspace

 

Si Carlos de Nicaragua provient d’une contrée lointaine, il a passé une bonne partie de sa vie sur nos belles terres, où il s’est fait une belle petite réputation, à tel point qu’il a même fait quelques tournées à travers l’europe. 

 

http://userserve-ak.last.fm/serve/252/24021919.jpg

 

Mélangeant salsa et électro-reggae, pour simplifier, le garçon a tendance à se prendre pour un militant, sans pour autant militer pour grand-chose, et avec un manque de pertinence d'une rare ampleur. C’est un premier reproche qu’on peut faire à nombre d’artistes français, alors ca sera vite pardonné. Excepté, que, couplé à ce manque de pertinence (peut-être que ce qu’il dit en espagnol est plus profond, mais je ne comprend pas alors…), l’artiste aurait pu mieux bosser pour un CD 5 titres, car, malgré le manque de morceaux, il arrive à rendre plus de la moitié pénible, ce qui n’est pas mince affaire. 

 

4/10

Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Ce soir - c'est musique latino
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 18:39
Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Pays
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 18:35

http://leesmi.globat.com/images/cd/j/JayZ_Blueprint3_075678958663_1.jpg

 

 

D’après wikipédia, Shawn Corey Carter, alias Jay-z, fait parti des « Noirs américains » (afro américain est apparemment un mot trop subtile pour un wikipédien) les plus riches des Etats-Unis. Je trouve ça plutôt intéressant de faire des -top blindés de thune- suivant la couleur de peau. Ca doit être pour exciter un peu plus le racisme entre toutes les communautés. Au cas où le quotidien serait pas déjà suffisamment difficile comme ca. D’après le même site, il s’agit de son 11ème album classé numéro 1 des ventes dès la 1ère semaine de sa sortie: un record historique tout genre confondu.

 

Le rappeur a désormais clairement choisi son nouveau camp: le commercial et ultra-commercial. Fini le rap purement gangster. On ne met plus de la biatch au second rang, on invite directement les stars les plus sexys de la planète hip-hop. A l’image de ce génialissime « Run This Town » avec Kanye West et Rihanna, qui séduit tant dans sa diversité des voix, sa musique bien inspirée et son rap rythmé à la perfection. Même si Rihanna n’est pas ma tasse de 1664, il faut bien avouer qu’elle ne gâche pas le morceau et le rend même plus original.

 

http://theyellowkid.files.wordpress.com/2010/03/beyonce-jayz-champagne.jpg

Preum's pour bâtir un empire en couple

 

 

 

 

Shawn a donc changé son fusil d’épaule. Dans « D.O.A», il porte notamment son combat contre la marque de champagne Cristal. On a pas tous les mêmes préoccupations. J’aurais bien aimé vous citer Télérama pour rigoler encore un peu, mais l’article, bien qu’un peu court, est pas mal du tout. Comme quoi tout est possible grâce à Jay-z.

 

D’habitude, un tel album ne m’aurait fait ni chaud ni froid, mais de la part d’un artiste qui m’a si souvent déçu, je dois dire que j’adhère! Même si, conformément à ce que j’ai pu lire un peu partout, l’avis général est que la 1ère moitié de l’opus est nettement mieux que la suite, encore que pour ma part je dirais qu’après le 5ème titre on commence déjà à s’ennuyer sévère, on note un progrès énorme.

 

Fini l’époque « caillera » à laquelle succéda l’époque « wannabe caillera » , Jay-z tire définitivement un trait sur son passé. 


Les fans de la 1ère heure se tourneront vers d’autres rappeurs, les gens qui suivent la mode pourront te citer 1 ou 2 titres, voir même te casser méchamment les couilles à les mettre à chaque soirée pour faire semblant qu’ils écoutent du rap. Puis il y aura les curieux, pas forcément membres de l’amicale du rap ou de la musique commerciale, mais qui reconnaitront un album surprenant, dans la droite ligne de l’évolution que Jay-z s’impose depuis ses débuts, et l’aboutissement d’un gros travail de fond comme de forme.

Bim! dissertation en 2 parties: emballer c'est peser.


6.5/10

 


 
Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Fromage RAPé de qualité
commenter cet article
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 09:58

http://cdn.7static.com/static/img/sleeveart/00/000/473/0000047382_500.jpg

 

 

Raa, la belle époque où Disiz commençait le rap. Sortant de nulle part, il avait tout a prouvé, particulièrement pour confirmer que la confiance que Joey Starr lui portait était justifiée. Et il avait réussit. Il sortait le Poisson Rouge, il montrait à la France entière son humour, sa lucidité, et sa volonté de partir pour le Sénégal d’où vient son père dès que possible.

 

Devinez quoi? Ca fait 12 ans qu’il l’a dit, et il l’a toujours pas fait. Etre proche de ses racines c’est bien pour vendre des titres, mais à quand un rappeur capable d’assumer ses dires? Bref, si Disiz est une tête pensante du rap, il n’en est pas plus honnête pour autant. Si vous l'écoutez à la radio, vous pourrez l'entendre dire qu'en gros il avait besoin de prendre une pause dans le rap, qu'il avait peut-être un peu pris la grosse tête. Seulement, il ajoute ensuite que son dernier allbum livre une version extra lucide sur la société et blablabla. On en reparlera peut-être plus tard. Pour l'avoir vu lors de la version 2012 du Fnac Live à l'Hotel de ville de Paris, l'artiste n'a rien de particulièrement lucide dans les propos de son dernier album, et il n'arrive clairement pas à mettre un tant soit peu d'ambiance en tirant les ficelles classiques (tous accroupis et d'autres conneries pour faire kiffer les ptits connards de maigrichons parisiens).

 

http://a9.img.v4.skyrock.net/a92/malcolm-ixe/pics/1134030868_small.jpg

 

Au final, on va quand même parler de ce 1er album. On se retrouve avec un peu de tout sur l’album. Les thèmes sont extrêmement nombreux et c’est peut etre le plus gros atout de l’album. L’humour, toujours présent, n’est pas pour autant toujours très drôle. Et il est parfois plus sage de faire un titre sans essayer l’humour que de faire une sorte de mauvais sketch sans musique.

 

On trouvera de très bons titres à trop point de vue, mais l’album en lui-même ressemble trop à une compilation. Disiz voulait peut être trop se démarquer. C’est sur, il n’est comme personne. Mais Diams non plus, comme quoi il faut savoir où s’arrêter car ca n’est pas toujours une bonne chose. On attendait probablement trop de lui, car, à bien y réfléchir, il fait quand même mieux que la production française dans son ensemble. Puis bon, y'a "J'pète les plombs".

 

7/10  


 

 

Repost 0
Published by peoplearestrange - dans Fromage RAPé de qualité
commenter cet article

Archives